Les réseaux sociaux font clairement partie du quotidien des mobinautes (internautes utilisant un téléphone mobile pour se connecter à Internet). Selon l’étude JAMES, en Suisse, on compte que plus de 99% des jeunes de 12 à 19 ans possèdent un téléphone portable ou un smartphone. Le recours aux réseaux sociaux est donc extrêmement répandu.
A chaque réseau social correspond une fonctionnalité principale. Par exemple, la communication par messages, gif, photos ou messages vocaux passe par Whatsapp. Pour montrer des photos plus stylisées, on utilisera Instagram. Certains réseaux incitent au maintien des communications avec des récompenses symboliques, comme Snapchat et son système de « flammes ». Ces réseaux ont le vent en poupe, d’autres sont délaissés des jeunes, comme Facebook.

 


Pour beaucoup, jeunes ou adultes, il y a un sentiment de frustration lorsque l’on n’est pas connecté. Nous avons peur de manquer quelque chose. Ce sentiment porte le nom de FOMO (fear of missing out) : c’est la peur de manquer quelque chose sur les réseaux sociaux. Manquer quelque chose, dans ce contexte, c’est s’éloigner du groupe, de ses pairs. On comprend alors l’importance que les réseaux sociaux revêtent pour les enfants et les adolescents. Ces réseaux ne servent pas seulement à la communication, mais bien au maintien et au développement des relations.
Au-delà des usages, un rappel des âges d’utilisation de ces réseaux est important. Bien évidemment, il est simple de donner un âge erroné en mettant une date de naissance factice à la création d’un profil. Cela étant, les âges minimaux sont bien là pour éviter que l’adolescent ou l’enfant ne se retrouve face à un contenu auquel il ne devrait pas avoir accès. Au même titre, des sites de rencontre sont parfois investis par des mineurs. Les âges minimaux sont fixés pour les protéger.
Ci-dessous, on rappelle les âges selon les réseaux les plus répandus parmi les enfants et les jeunes en Suisse. Ce tableau est téléchargeable ici.

AGE RS Web

*accord parental requis jusqu'à 18 ans

Avec le nouveau règlement européen sur la protection des données (RGPD), la limite d'âge pourrait encore évoluer.


Pour rappel, il y a plusieurs centaines de réseaux sociaux dans le monde. En Chine ou en Russie par exemple, on trouve des réseaux sociaux qui sont spécifiques et auxquels nous n’avons pas accès en Europe. Ces réseaux sociaux pèsent lourd en termes d’abonnés, notamment dans des pays où les produits de Facebook (Whatsapp par exemple) sont interdits.

 

Conseils de prévention :

  • L’âge minimum d’utilisation des réseaux sociaux permet de limiter l’exposition des enfants et adolescents à des contenus inadaptés et de protéger les mineurs, notamment des contenus violents, choquants, pornographiques, mais aussi des publicités.
  • De nombreux réseaux sociaux permettent de créer des sessions « enfants » limitant les contenus, y recourir permet de protéger sans interdire
  • Les contenus non adaptés peuvent être choquants. En parler à un adulte de confiance est un bon moyen de se sentir mieux.
  • Bien qu’utilisés par la quasi-totalité des enfants et des adolescents, les réseaux sociaux peuvent poser des problèmes (cyberharcèlement, dépendance, sexting, …). En avoir conscience et réfléchir aux conséquences possibles est déjà un moyen de se protéger.