Contrôler la notoriété de son école et de ce qui s’en dit sur Internet.

A l’époque du web participatif (c’est-à-dire l’ère d’Internet où chacun peut publier et donner son avis), les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus prépondérante dans l’apport d’informations, dépassant parfois les sources officielles. Mais qu’arrive-t-il quand, dans cet univers où chacun prend la parole, c’est l’école qui est évaluée, critiquée et commentée ? Quels outils permettent de détecter ce qui se dit que de l’établissement scolaire ? Quelles réactions avoir ? Quelles démarches entreprendre ?

Internet est devenu incontournable dans nos vies en termes de ressource d’informations pratiquement illimitée. Illimitée parce que depuis quelques années, ce ne sont plus seulement des sources officielles qui ajoutent des contenus, mais bien tout un chacun. Naturellement, cela induit les problématiques que l’on connaît comme les Fake News, le complotisme, les commentaires qui viennent discréditer des vérités scientifiques, …

On sait également que cette possibilité a fait du web un lieu idéal d’évaluation. Que ce soit des hôtels, des restaurants, des films, des prestations diverses, tout est « évaluable » et sujet aux comparatifs et il est devenu possible de noter, de critiquer, de démolir parfois ou de pousser vers le haut des entreprises ou des personnes en quelques clics

Et si cela se passait avec votre école ? comment le savoir et que faire ?

Ci-dessous, nous vous proposons quelques outils pour vous permettre de voir si votre école est présente sur les réseaux sociaux ou sur Google Maps. En effet, il est possible qu’un profil sur un réseau social avec le nom de l’école ait été créé sans que cela se sache ou encore que quelqu’un ait revendiqué l’emplacement de l’école sur Google laissant ainsi la possibilité de publier ce qu’il souhaite à ce sujet et de s’exprimer au nom de l’école.

Contrôler la notoriété de l’école sur Google Maps 

Qu’est-ce que Google Maps ? 

Google Maps est un service de cartographie en ligne créé par Google, il est disponible sur tous les supports (smartphone, ordinateur, tablette, …). Il permet l’affichage cartographique extérieur (et parfois intérieur), de rechercher des lieux, d’obtenir un itinéraire selon différents moyens de transports tout en affichant les conditions de trafic, de visualiser le lieu avec une photo prise, de connaitre sa position en se géolocalisant sur la carte, d’avoir des informations sanitaires et de rechercher des informations sur des points d'intérêt (adresse, horaires d'ouverture/fermeture, fréquentation, avis, photographies...). (inspiré de Wikipedia

Et c’est justement ce système d’évaluation et de revendications des points d’intérêts qui est utile pour nous ici.

Rendez-vous sur Google Maps et localisez votre établissement scolaire.

En cliquant sur l’école, il s’ouvre un menu sur la gauche qui vous donne accès à différentes options, notamment des photos que les utilisateurs auront pu ajouter, des commentaires de la part des utilisateurs, des évaluations (au moyen d’étoiles) et les informations de contact.

L’établissement une note qui correspond à la moyenne des évaluations (étoiles) des utilisateurs.

carte article 1

D’abord, on note que les utilisateurs qui ont mis une évaluation sont plus nombreux que ceux qui publient un commentaire. Les évaluations sans commentaires sont difficiles à comprendre, on ne peut donc pas vraiment savoir ce que cela signifie.

 

Quelques conseils : 

 

1. Revendiquer l’établissement

De prime abord, nous conseillons de « revendiquer cet établissement ». En cliquant sur la ligne du même nom, vous certifierez que vous êtes la personne qui gère les interactions sur Google Maps de ce lieu et que vous parlez au nom de l’établissement. Cela permet de modérer les commentaires, d’y répondrede supprimer des photos ou de modifier des coordonnées.

Imaginez si une personne malintentionnée revendiquait l’établissement à votre place et répondait aux questions ou remarques des internautes. Cela s’est déjà produit. Un élève s’était identifié comme le répondant de son école. Lorsque des questions ou des commentaires étaient publiés, il y répondait au nom de l’école. De même, certains commentaires contenaient des propos ou des photos inadmissibles pour une école, mais pas interdites par Google. L’école concernée a pris les devants et a contacté l’élève en question (qui avait laissé son nom et son prénom) . Il a permis à l’école de prendre son rôle de gestionnaire de la page.

2. Gérer les informations

Après avoir revendiqué le lieu, vous pourrez modifier les informations du lieu (son nom, son adresse, ses horaires, son site web, …). Il n’y a aucune obligation à remplir ces éléments, sachant que ces données seront utilisées par Google. Néanmoins, cela sera bien utile pour des parents pour vous contacter, pour des convocations de personnes extérieures à l’école à des séances, mais aussi pour éviter des débordements. 

En effet, il est arrivé que, par exemple, certaines coordonnées –notamment des numéros de téléphone ou des adresses de site web – soient fausses ou redirigent vers des sites interdits, illégaux ou des sites internet de commerce et de phishing.

 

3. Les commentaires dont vous n’êtes pas l’auteur ne peuvent être supprimés une fois ajoutés

C’est en effet la règle. En n’étant pas l’auteur d’un commentaire, vous ne pouvez supprimer un commentaire qui figurerait sur l’école, quel qu’en soit la teneur, à moins qu’il n’outrepasse le règlement de Google. Dans ce cas, vous pourrez le signaler. Ainsi, dans le cas ci-dessus dire que « les élèves sont livrées à eux-mêmes. Les professeurs ne sont plus des enseignants qui apprend à l'élève lorsque celui-ci est en difficulté » n’est pas un commentaire qu’il sera possible de supprimer. De nombreux sites parlant de réputation sur Internet diront que le seul moyen est d’essayer d’influencer la personne en lui répondant ou en la contactant pour qu’elle explique son motif et qu’au final, elle modifie son commentaire. Il apparaît compliqué de faire cela dans le cadre d’une école avec des évaluations ou des commentaires qui viendraient d’élèves. Néanmoins, comme les commentaires ne sont pas anonymes, il y a probablement moyen de rentrer en contact et de comprendre la raison de ces commentaires, voire de les supprimer ou de les changer.

En tous les cas, une réponse de la part de l’école est un signe positif, car il montre que l’administration se soucie des problèmes. Le lecteur aura de plus une vision plus favorable de l’Ecole plutôt qu’une suite de commentaires sans réponse.

D’autres entreprises spécialisées dans l’amélioration de la réputation sur Internet proposent également d’atténuer certaines notes basses ou de noyer les commentaires négatifs dans des tas de commentaires positifs. Pourquoi pas ne pas recontacter les anciens élèves ou faire participer les enseignants ou les élèves à une démarche nettement plus consciente et collective de création de la réputation de l’école ? Ceci, sans obligation, puisqu’il s’agit d’une démarche individuelle, hors du cadre strictement scolaire.

4. Les photos dont vous n’êtes pas l’auteur ne peuvent être supprimées tout de suite que par la personne qui les a publiées.

C’est aussi la règle de Google dans cette idée de web participatif. Non seulement, les commentaires sont propres à leur auteur, idem pour les photos. Il est de plus en plus courant, notamment pour des lieux réputés, des monuments ou des restaurants de compte d’avantage de photos d’utilisateurs que de photos du propriétaire du lieu. Cela permet de voir les plats proposés dans le cas d’un restaurant, mais il se glisse souvent des selfies pris sur le lieu. Idem, il est possible pour un utilisateur malintentionnéde mettre en place Ces photos peuvent figurer ou non sur la page Google Maps de l’école, cela n’est pas interdit. Néanmoins, ces photos peuvent voir figurer des personnes qui n’ont pas donné leur accord pour y figurer (notamment des élèves). Il n’est pas de la responsabilité de l’école de s’occuper de cela, mais bien de la personne qui les publient. Cependant, il est possible de demander à Google de supprimer ces photos en motivant le fait qu’elles sont hors sujet ou illégales (car la personne n’a pas donné son accord pour y figurer). Cela met un certain temps cela dit, surtout si vous êtes seul à demander sa suppression.Pour accélérer le processus, il peut s’avérer utile de demander à de nombreuses personnes de signaler la photo problématique.

Par contre, elle disparaît instantanément si la personne qui a publié la photo la supprime.

5. Il est possible d’en savoir plus sur les commentaires laissés par les utilisateurs

Certains auteurs de commentaire se cachent derrière des pseudos, il est donc impossible d’en connaître l’identité. Néanmoins, en cliquant sur le nom de la personne qui a évalué ou laissé un commentaire, il est possible de voir toutes les contributions qu’il/elle aura faite, ainsi que les photos publiées.

Il n’est pas possible, par contre, de rentrer en contact privé avec la personne. Les interactions se font uniquement publiquementen réponse aux commentaires envoyés.

 

Agir :

  • Comment signaler un commentaire sur Google Maps?

Il suffit de cliquer les … à côté du commentaire et vous pourrez spécifier pourquoi ce commentaire est problématique.

signaler comm 2 sigbaler comm 3 

 

Quelques exemples de modération de commentaires sur Google Maps :

Ci-dessous, vous trouverez des modérations de commentaires positifs, négatifs, des réponses à des questions ou des précisions données par rapport à des opinions. Ces cas de figure peuvent se produire et il est du ressors du modérateur d’y répondre. L’utilisation n’est pas si compliquée et au vu de la taille des établissements scolaires valaisans, l’activité de modération et de réponse n’est pas si chronophage.

  •  

 

  • Comment signaler une photo sur Google (Maps) ? 

Il suffit d’afficher les photos en cliquant dessus. En haut à gauche, à côté du nom de la photo se trouvent également les …, et il est possible de l’imprimer, de la partager ou de la signaler comme inapproprié. Vous serez, là aussi, prié de spécifier pour quelle raison vous la trouvez inappropriée. 

Contrôler la notoriété de l’école sur les réseaux sociaux   

Les réseaux sociaux sont devenus des outils d’expression et de publication qui impliquent aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, les établissements scolaires. D’abord, parce que certaines problématiques qui peuvent s’exprimer en classe sont en lien avec les réseaux sociaux (harcèlement, conflit, cyber-dépendance, insultes, …). Mais, il se peut également que l’école se retrouve embarquée bien malgré elle dans la communauté. L’exemple le plus parlant est un groupe Instagram qui utilisait le nom de l’école et qui servait de confessionnal où les élèves exprimaient leurs fantasmes et autres opinions peu glorieuses. 

Sans que le hasard n’ait conduit la Direction de l’école à prendre connaissance de l’existence de ce groupe, il aurait continué à exister. Très clairement, en fonction des propos tenus sur ce groupe, il se peut qu’une dimension pénale existe. La police cantonale a d’ailleurs une cellule IT qui est en charge de l’évaluation de sites et profils sur les réseaux sociaux. Elle peut répondre aux questions etsur demander du Ministère publicmener des enquêtes et récolter les identités des membres et consigner des preuves.

  • Comment chercher facilement si l’on parle de l’école sur les réseaux sociaux ? 

La première possibilité est d’aller sur les différents réseaux sociaux et de simplement chercher le nom de l’école. Selon le réseau social, il devrait apparaître les profils dont le nom contient le nom de l’école. 

La seconde possibilité est de passer par un site qui lance des recherches sur plusieurs réseaux sociaux simultanément. Il en existe beaucoup. On peut passer par exemple par www.social-searcher.com qui est gratuit dans sa version de base et touche une dizaine de sources (le web, Twitter, Facebook, YouTube, Instagram, …) Ces 5 sources sont déjà intéressantes, les autres sont des réseaux sociaux peu ou pas utilisés en Suisse et d’avantage destinés à des adultes. Il serait recommandable de faire une recherche sur Tiktok et sur Snapchat pour mieux cibler les réseaux utilisés par les élèves. L’idée ici n’est évidemment pas de surveiller quiconque. La recherche du nom de l’école sur les réseaux sociaux permet de véritablement voir si ce dernier ressort dans des activités inconnues de la Direction et qui puisse porter atteinte à la réputation de l’école, citer nommément des individus (enseignants ou élèves) ou même mettre en danger des personnes.

Conseils :

  • Une recherche régulière sur les réseaux sociaux, comme à la fin de chaque semestre peut être une bonne idée.
  • De cette démarche de recherche sur Internet, il peut ressortir tout et n’importe quoi, en positif comme en négatif.

Contrôler la notoriété de l’école sur un moteur de recherche 

Le terme « googliser » prend ici tout son sens. Mais, cela est passablement chronophage car très large.

Il existe de nombreux moteurs de recherche, certains étant plus éthiques que d’autres. Cet article permet de trouver ces alternatives, parfois moins friandes de nos données personnelles. 

De plus, nos articles sur apprendre à apprivoiser la recherche sur Google en classe et sur la recherche de manière sécure dans un cadre scolaire donne des recommandations sur les moteurs de recherche autres que Google pour les élèves.

Aller sur un moteur de recherche et taper le nom de l’école permet, d’une part, de créer une documentation facilement de ce qui existe comme contenus Internet au sujet de cette dernière. D’autre part, c’est également le moyen de trouver des données qui ne sont pas forcément produites par l’école elle-même. Ce sont ces données qui constituent des informations utiles pour vous et parmi elles, peut-être, des éléments qui pourraient venir ternir la réputation de l’école.

Conseils :

Une recherche Google de l’école de manière régulière est intéressante, mais au vu du volume de données que traite Google (notamment pour des écoles ayant des abréviations (qui se retrouvent aussi dans d’autres langues), cela peut vite devenir chronophage. 

Recommandations finales : 

Il est aujourd’hui incontournable, même pour une institution publique, de tenir compte de ce qui se dit sur Internet et les réseaux sociaux à son sujet.

La finalité n’est pas une « perte de clientèle », mais plus une possibilité de dialoguer avec les personnes mécontentes ou peu respectueuses, mais aussi de découvrir comment améliorer certains éléments, notamment la prévention et la formation aux médias, tant chez les enseignants que chez les élèves. 

Faire des recherches ciblées sur Internet permet de mieux cadrer l’activité et, de fait, de prévenir d’éventuels problèmes futurs.

Nous recommandons, de fait, en tout premier lieu de revendiquer l’établissement scolaire. Ceci permettra d’éviter que d’autres personnes répondent au nom de l’école.La modération des commentaires ou la requête d’évaluations positives est à mettre en second plan.