Nouvelles campagnes de prévention du suicide chez les jeunes

 Le mois de novembre a vu la publication de deux nouvelles campagnes de prévention du suicide chez les jeunes, première cause de mortalité chez les jeunes. La première vient de Pro Juventute et propose des témoignages réels de jeunes en allemand et en français. Le second provient d’une association artistique genevoise nommée Atalahalta, sur mandat d’une société de production belge. Cette fiction dépeint les propos d’une jeune femme qui a commis l’irréparable et délivre un message avant qu’il ne soit trop tard pour ceux qui songent au suicide. Deux approches, deux types de susciter le dialogue. Destiné à des élèves dès 15 ans, ces clips vidéo sont touchants et directs.

 

Première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans

Le suicide est la première cause de mortalité chez les jeunes de 15 à 29 ans, devant les accidents de la route. C’est 2 à 3 décès par semaine en Suisse ! Et ce chiffre est en augmentation pour la première fois depuis 2011. Impossible de calculer, de plus le nombre de tentatives de suicide. La prévention est donc plus que jamais indispensable. Ces films sont certainement des portes d’entrée non-négligeables pour les écoles.

La campagne de Pro Juventute donne la parole à de réels jeunes qui parlent du phénomène avec leurs mots. La vidéo genevoise, jouée par une comédienne, a le mérite de parler au public concerné. Depuis sa publication le 1er novembre, elle dépasse les 100’000 vues, compte près de 600 partages et des commentaires de jeunes femmes et hommes qui s’engagent, se reconnaissent ou soutiennent la cause.

 

En lien avec le harcèlement

On ne peut dissocier le suicide du harcèlement et du cyberharcèlement. Le suicide peut en effet être une conséquence dramatique des deux autres, sur la durée. Résoudre une situation de harcèlement est complexe au sein d’une école. Il peut en effet rester caché du regard des adultes pendant de nombreux mois. Et la victime n’a pas de répit lorsqu’elle rentre chez elle : le harcèlement perdurant sur les réseaux sociaux.

Ne pas oser en parler, craindre de ne pas être compris, penser qu’on ne peut pas nous aider, tout cela contribue à se murer dans un silence qui peut conduire au suicide chez les jeunes. Les effets dramatiques de ce phénomène touchent durablement l’entourage direct du jeune, mais aussi tout l’établissement scolaire. Faire de la prévention en amont est important, intervenir pour accompagner les élèves et les enseignants l’est tout autant.

 

VIDEO DE ALTAHALTA

  

 

VIDEO DE PRO JUVENTUTE

 

Conseils de prévention :

  • Sensibiliser. Une sensibilisation au suicide chez les jeunes est une thématique à aborder à l’école dès l’âge de 13 ans.
  • Observer les jeunes. Un élève silencieux et isolé, qui semble préoccupé ou irritable, une baisse de résultats scolaires, l’absentéisme qui augmente, les relations sociales qui diminuent sont quelques éléments qui permettent de se dire qu’il vit peut-être une situation problématique.
  • Briser le tabou. Plus précisément, en cas de harcèlement, il faut briser la loi du silence par tous les moyens. Encourager le dialogue et la prise de parole est une possibilité. Cette prise de parole doit être encouragée tant pour ceux qui vivent la souffrance, mais aussi celles et ceux qui y assistent. Les témoins ont en effet un rôle prépondérant à jouer.

 

 

Numéros utiles

Les aides existent ! Des centrales d’appel permettent d’intervenir rapidement ou d’aider à la prise de parole.

147 : Pro Juventute, écoute et conseils pour les jeunes

143 : La Main Tendue, écoute et conseils pour adultes

144 : Ambulances, urgences

117 : Police, urgence

Une aide par thème et par canton est disponible sur le site de Stop Suicide.

 

 


Imprimer   E-mail